Données individuelles : réaliser l’étude soi-même

Si vous souhaitez avoir accès aux données individuelles codées, vous devez suivre des procédure strictes. L’AIM vous apporte son soutien dans le cadre de la demande au Comité de sécurité de l’information, le couplage éventuel avec d’autre sources de données, l’analyse des risques small cells, etc.

  • En fonction de vos disponibilités et de votre budget, vous décidez si vous demandez des données brutes ou des données déjà transformées en variables d’analyse utilisables.
    Si vous choisissez de vous limiter à une analyse de données finale basée sur des variables d’analyses directement utilisables, l’AIM peut alors effectuer un premier traitement de données afin que vous ne deviez pas passer du temps à apprendre à connaître les donnée brutes. Par exemple, si vous ne souhaitez pas obtenir les lignes de facturation individuelles de tous les contacts avec un médecin généraliste, mais uniquement le nombre de consultations, visites, etc. par patient.
    Si vous comptez effectuer vous-même tous les traitements de données et analyses, demandez alors l’accès aux données brutes de l’AIM.
    Bien souvent, ces données doivent également être couplées à d’autres sources de données. Tant la sélection des données que le couplage éventuel suivent des procédures strictes. Différents partenaires contribuent à leur bonne exécution (voir plus loin).
  • L’AIM apporte son soutien lors de la rédaction de la demande d’autorisation auprès du Comité de sécurité de l’information et valide la demande avant qu’elle soit soumise. Il est essentiel de formuler clairement la finalité de la demande ou les objectifs de recherche. Seules les données strictement nécessaires à l’étude sont demandées.
  • Lorsque l’autorisation est en ordre, vous la transmettez à l’AIM. Une fiche de projet est rédigée en collaboration avec vous. Elle comprend notamment le nom et les coordonnées du chef de projet, les objectifs du projet, les spécifications de la demande de données, les délais, etc. Sur la base d’une fiche de projet finale, une estimation des coûts sera effectuée et un contrat sera conclu.
  • Si les données AIM doivent être couplées à une autre source de données, dans un premier temps, avant d’introduire la demande d’autorisation, vous prenez contact avec les autres partenaires et collaborez d’un commun accord. Après réception de la demande d’autorisation, un dossier global TTP eHealth est créé. Ce document doit être signé électroniquement par toutes les parties avant que le trajet puisse commencer.
  • Sur la base de l’autorisation, l’AIM remplit les documents de sélection des données et vous invite à les valider. Vous fournissez vous-même à l’AIM les listes comprenant la nomenclature désirée, les codes NIS, les codes produit, etc.
  • Vous obtenez l’accès aux données individuelles codées. Elles sont mises à votre disposition dans un environnement de projet sécurisé. Généralement, cela se produit via un accès à un environnement de projet sécurisé personnel sur le serveur IMA par connexion VPN.
    L’AIM ou une autre partie effectue une SCRA (analyse de risques small cells) comme prescrit par le Comité de sécurité de l’information. En cas de restrictions imposées visant à réduire le risque de réidentification, cela sera discuté avec vous.
  • La durée varie fortement d’un projet à l’autre en fonction du temps nécessaire à la rédaction de la demande d’autorisation, de la complexité du projet, du nombre de partenaires et de sources de données concernés, etc. Il s’écoule au moins six mois entre la première prise de contact avec l’AIM et la mise à disposition des données.